Relance et déficit

[fa icon="calendar"] publié le 1 oct. 2021 18:37:38, écrit par Quentin Martel

Capture d’écran 2021-10-01 à 17.28.02

 

"Un juste équilibre" : c'est la promesse de Bruno Le Maire sur les prévisions économiques de Bercy pour le prochain budget. Cette balance se joue entre le financement de la relance et la limitation des déficits. Grâce au retour de la croissance, le budget 2022 devrait être plus conséquent, à condition de verrouiller les efforts déjà mis en place.

Une croissance de 4% ...

Après une année 2020 de pleine récession, tous les feux semblent au vert et présagent désormais un puissant rebond. Bercy a revu à la hausse la croissance : elle est fixée à 6% pour 2021, et à 4% pour 2022. Elle se traduit automatiquement dans les finances publiques. Le déficit de 2021 s'établit à 8,4%, et en 2022 il devrait avoir quasiment diminué de moitié (4,8%).

Consultez notre article précédent pour en savoir plus !

 

… en dépit d'un budget toujours en cours de calcul

L’écart entre les déficits 2021 et 2022 s’explique tout simplement par une croissance plus forte. Pour autant, il faut relativiser : le déficit de 4,8% ne prend pas en compte de nombreuses dépenses restant à chiffrer.

Si les dernières annonces - comme le “Beauvau de la sécurité” - sont bien prises en compte, il reste des milliards d’euros à ajouter au futur plan d’investissement, ainsi que le “revenu d’engagement” à destination des jeunes ...

N'oublions pas que 2022 sera une année d’élection présidentielle, et donc de dépenses supplémentaires, bien que le Ministère de l'Economie assure que ce poste de dépense sera contrôlé, et freiné autant que possible...

Ainsi en additionnant toutes les dépenses et au-delà des quelques 11 milliards d’euros de crédits supplémentaires déjà accordés aux différents ministères, le déficit annoncé devrait gonfler sans pour autant dépasser les 8,4%, ce qui restera une très bonne nouvelle pour l’économie française.

Capture d’écran 2021-10-01 à 17.30.00

 

Le "juste équilibre" promis

Cette promesse pour le budget 2022 doit permettre à la fois de confirmer la croissance française et de réduire la dette.

L’idée globale de cet équilibre est de mettre de côté une partie des gains de la croissance afin de les investir dans la dette, pour ainsi la faire baisser. Bruno Le Maire prévient qu’il maintiendra l’objectif du déficit inférieur à 5,3 %.

 

Des impôts toujours en baisse

De fait, à l'issue des différentes études, Bercy table sur une réduction de la dette de près de 2 points, passant ainsi de 116% à 114% en 2022.

Le ministre de l’économie a bien insisté sur ce sujet : les baisses d’impôts vont se poursuivre afin d’aboutir à une diminution annuelle de 50 milliards d’euros sur l’ensemble du quinquennat.

Le projet de “Loi de finances” valide la réduction du taux d’impôt sur les bénéfices à 25% pour toutes les entreprises, et entérine la disparition progressive de la taxe d’habitation.

De quoi réaffirmer avant les élections que l'idée principale du quinquennat reste la remise en ordre des comptes public...

Catégories: Economie

Quentin Martel

écrit par Quentin Martel