TPE/PME françaises : premier bilan 2021

[fa icon="calendar"] publié le 11 juin 2021 18:05:09, écrit par Quentin Martel

Capture d’écran 2021-06-10 à 16.03.06

C’est un baromètre atypique que vient de nous présenter le Conseil National de l’Ordre des experts-Comptables : il ambitionne de chiffrer l’impact économique de la crise sanitaire sur les TPE et PME françaises.

A l’appui des chiffres produits par plus de 500 000 entreprises, il révèle que l’activité (tout secteur confondu) a reculé de 8,4% en 2020, mais que dès le premier trimestre 2021, l’activité est repartie à la hausse avec un chiffre d’affaires de +4,7%.

 

ICA : L'indice de chiffre d'affaires (ICA) mesure l'évolution du CA moyen par entreprise entre une période (ici un trimestre) et la même période de l'année précédente, avec correction des jours ouvrés.

ICAC : L'indice de chiffre d'affaires cumulé (ICAC) mesure l'évolution du CA moyen par entreprise de la période du 1er trimestre de l'année N au dernier trimestre présenté de l'année N, par rapport au CA moyen par entreprise de la même période de l'année N-1, avec correction des jours ouvrés. 

Source : Observatoire de la profession comptable.

 

Petit bémol, cette analyse contient des disparités en termes géographiques et sectoriels. 

 

Des résultats disparates au niveau territorial...

Au global, toutes les TPE et PME françaises ont affiché une hausse d’activité sur le premier trimestre 2021. 

  1. Les entreprises réunionnaises (+13,5%) et corses (+8,6%) occupent la première place du classement. 
  2. Dans la plupart des régions, on chiffre la progression des entreprises de 6 à 8%
  3. Quant aux régions Auvergne-Rhône-Alpes et Ile-de-France, elles font figure d’exception, avec une hausse minime du chiffre d’affaires (respectivement +0,6% et 0,1%). 

Source : Observatoire de la profession comptable

 

… comme au niveau sectoriel !

⬇️ Sans surprise, ce sont les secteurs dits “non-essentiels” qui ont subi le plus de pertes, à savoir l’hôtellerie (-44,4% au cumulé sur l’année), la restauration traditionnelle (-60% fin 2020), et la vente physique de vêtements (-20% à début 2021).

🏢 Pour les entreprises de l’industrie manufacturière, de la construction et de l'immobilier, bien que la situation se soit considérablement améliorée, il faudra attendre encore quelques mois pour entériner cette progression, au vu des lourdes pertes enregistrées sur l’année écoulée.

🚗 Pour le secteur des transports et de l’entreposage, la hausse globale affichée masque les écarts des différents sous-secteurs et doit donc être relativisée. A titre d'exemple, notons que les TPE et PME du secteur des transports routier de fret ont vu leur activité croître fortement, tandis que les transports de personnes (taxi, vtc, chemin de fer…) se sont écroulés.

 

Le récent assouplissement des mesures (le couvre feu-décalé, la réouverture des cafés et restaurants en intérieur, des salles de sport…) devrait permettre à cette tendance positive de se renforcer, et de perdurer. Espérons que les TPE et PME françaises pourront très vite retrouver leur niveau d’avant-crise !

 


Sources : banquedesterritoires.fr ; rexecode.fr ; bpifrance.fr ; experts-comptables.fr

Catégories: Economie, Industrie

Quentin Martel

écrit par Quentin Martel