Sortie de crise COVID-19 : les Objectifs de Développement Durable

[fa icon="calendar"] publié le 22 avr. 2020 19:02:48, écrit par Quentin Martel

Dans cette mondialisation galopante, un incident qui aurait pu être isolé, partant de la ville de Wuhan en Chine, s’est étendu sur tous les continents, à une vitesse vertigineuse et aux conséquences dramatiques, et inédites.

La propagation de cette pandémie a révélé l’immense fragilité de nos systèmes économiques face à la recrudescence de personnes contaminées, et révélant autant que creusant les inégalités sociales, géographiques et de genre :

  • Le rapport de l’ONU analysant les conséquences économiques et sociales de cette pandémie estime qu’elle conduira à la perte d’environ 25 millions d’emplois.
  • L’Unesco estime qu’environ 1,5 milliard d’enfants seront coupés de l’école. 
  • Les différentes agences du commerce, de la santé et de l’alimentation appellent à redoubler de vigilance quant à la sécurité alimentaire mondiale. 

Ce dernier point sur la sécurité alimentaire mondiale a vu émerger quelques conséquences notables :

Le retour au circuit court 

Le confinement a entraîné dans l'Hexagone une chute de la production de déchets, corrélée à la fermeture des restaurants, à l’exode urbain dû au confinement et à une réduction du gaspillage alimentaire dans les ménages, accentuée par une conscience écologique en progression depuis quelques années. 

Plus encore, on assiste à un retour au circuit court. De nombreuses initiatives se sont mises en place afin de soutenir financièrement les producteurs locaux. Par exemple, une plateforme solidaire a vu le jour en Nouvelle Aquitaine, mettant en relation producteurs et consommateurs. En Île-de-France, c’est ni plus ni moins que le marché de Rungis qui se propose de livrer directement à domicile ! 

Enfin, dans cet esprit de proximité avec les producteurs français, notons l’engouement de certains confinés pour prêter main-forte aux maraîchers alentours, et participer ainsi à la continuité de la production alimentaire. 

Les ODD, le business plan le plus intéressant 

Si les 17 Objectifs de Développement Durable permettent de comprendre les répercussions multiples causées par cette pandémie, ils jouent un rôle important pour l’après-crise. Paul Polman, ancien PDG d’Unilever, le confirme : “Nous ne devons pas perdre de vue une rapide transition vers un modèle plus durable et équitable afin d’éviter de futures pandémies. Que peuvent faire les entreprises ? Beaucoup. La première étape est d’aligner leurs stratégies avec les ODD, le meilleur business plan du monde”.

D’autres suivent ces directives, comme Vanessa Logerais, fondatrice de l’agence de conseil et de communication durable Parangone. Elle a envisagé la sortie de crise dans un plan en symbiose avec les 17 objectifs de l’ODD. Elle se veut rassurante, en accentuant les impacts positifs à mettre en avant, notamment sur la baisse de pollution et la mise en avant de la production durable. Son agence a élaboré une infographie qui met en lumière le travail collaboratif :

Capture d’écran 2020-04-22 à 12.53.53

Source : Agence Parangone (pour voir en grand, cliquez ici)

Sans occulter les désastreuses répercussions d’abord humaines, puis économiques, de cette pandémie, on peut noter qu’elle permet enfin une réflexion globale sur le bien-fondé de notre mode de vie, dont les interdépendances ont été probablement poussées au-delà du raisonnable. 

L’attachement à repenser nos modèles, y compris au plus près de soi, et le renouveau de certains formes de solidarité, pourra permettre une sortie de crise axée sur des valeurs retrouvées, en prenant toutefois garde à ne pas sombrer dans le repli sur soi.

 

Source : start.lesechos.fr ; 

Catégories: Société, covid19

Quentin Martel

écrit par Quentin Martel