Plan de relance économique : un accord trouvé !

[fa icon="calendar"] publié le 24 juil. 2020 18:01:23, écrit par Quentin Martel

C’est après un sommet historique en date du 21 juillet que les chefs d’États et de gouvernement européen se sont mis d’accord sur un plan européen pour relancer les économies de l’UE, lourdement impactées par la crise sanitaire. Le plan « est important, ciblé et limité dans le temps », précise le Conseil européen.

🖋️ En quoi consiste cet accord ? 

 

Ce plan repose sur une enveloppe -conséquente s’il en est! de 750 milliards d’euros, empruntés sur les marchés financiers au nom des vingt-sept pays membres de l’Union européenne. Cette somme est destinée aux pays les plus touchés par la crise liée au coronavirus (Espagne, Italie…). 

 

La contrepartie de cette somme… c’est qu’elle crée une lourde dette! Commune, elle est vue comme un outil de solidarité, pour permettre à l’Europe de devenir une Union de transferts

 

Le système de répartition du budget alloué à ce plan sera défini prochainement par la Commission européenne. 

 

💰 Répartition des 750 milliards d’euros 

 

Sur les 750 milliards d’euros attribués au plan de relance : 

  • 672,5 milliards répartis comme suit :
    • Les prêts, pour un total de 360 milliards
    • Les subventions, pour un total de 312,5 milliards 
  • 77,5 milliards de budget pluriannuel 

70% du montant total en jeu sera distribué en 2021 et 2022, les 30% restants pouvant être attribués jusqu’en 2023. A noter que « Les montants reçus ne devront pas excéder 6,8% du revenu national brut de chaque État membre » indique la Commission européenne. 

 

L’UE a déjà annoncé que l’Italie, l’Espagne et la France (soit les pays les plus touchés par la crise sanitaire) recevront 60 milliards d’euros de subventions pour les deux premiers, et 40 milliards pour la France. 

 

Enfin, le critère qui déterminera le montant distribué à chaque pays pour 2023 sera l’ampleur de la récession causée par le Covid-19 en 2020 et 2021.

 

📃 Modalités de remboursement

 

Cette dette commune sera contractée par tranche de 56 milliards par an (au maximum) sur une maturation longue.

 

Le remboursement s’étalera de 2028 à 2058 et se fera via le budget européen. Pour ce faire, il faut augmenter les ressources propres de l’Union. 

Il a été proposé d’augmenter les taxes suivantes :

-       Taxe carbone sur les produits importés de pays tiers 

-       Taxe sur le plastique non recyclé

-       Taxe sur les entreprises du numérique. 

 

 

Cet accord à Vingt-Sept n'est que le point de départ d'un long et périlleux chemin. Afin de permettre à la Commission d’emprunter cet argent, il faudra obtenir, au préalable, l’accord des Parlements nationaux et régionaux de l’UE avant la fin de l’année. 

Avec ce plan de relance inédit, l’Union européenne espère sortir de cette crise le plus rapidement possible, mais surtout plus unie que jamais.

 

Source : lemonde.fr ; lesechos.fr ; la-croix.com

Catégories: Société, Economie, Environnement

Quentin Martel

écrit par Quentin Martel