Le 1er mai, ou la fête du travail

[fa icon="calendar"] publié le 7 mai 2020 15:54:36, écrit par Quentin Martel

La fête du Travail regroupe plusieurs fêtes progressivement mises en place à partir du XIXe siècle pour célébrer les travailleurs. Dans la plupart des pays, ce jour est férié, mais ses origines faites de revendications sociales et d’affrontements sont souvent mal connues. 

En France, le 1er mai est rythmé par des défilés syndicaux et quelques brins de muguet porte bonheur.

Les origines de la fête du travail : 

  •  Revenons au début du XIXème siècle : l’économie est en pleine croissance, l’industrie en effervescence, et les progrès techniques en constante progression. Femmes, hommes et enfants travaillent en majorité jusqu’à 17h par jour, sept jours sur sept, dans des ateliers et usines où les conditions de travail sont aussi éprouvantes que dangereuses.
  • Ce sont les Etats-Unis qui rattachent en premier le 1er mai à la célébration des travailleurs . En 1886, les syndicats américains appelés Knights of Labor (littéralement, les Chevaliers du Travail) se réunissent pour manifester en vue d’obtenir la journée de travail de huit heures. Pourquoi ce choix du 1er mai ?  Traditionnellement, c’est le jour où les contrats de travail et de location sont renouvelés aux Etats-Unis : on appelle cela le moving day
  • Le 1er mai 1886, sous la pression syndicale, environ 350 000 travailleurs se réunissent dans tout le pays pour entamer une grève générale. C’est à Chicago que la tension atteint son paroxysme. Des heurts violents opposent manifestants et forces de police à Haymarket Square, où on déplore cinquante blessés, et six morts. Cette émeute ne manque pas de provoquer une vive émotion, et réunit dès le lendemain 15 000 manifestants pour une marche de protestation lors de laquelle une bombe explose. Sur l’une des stèles du cimetière de Waldheim, à Chicago, sont inscrites les dernières paroles de l’un des condamnés, Augustin Spies :”Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd'hui”. Lors de cette marche de protestation, six militants furent arrêtés et condamnés à mort, on les appelle les pendus de Chicago, qui sont encore à ce jour de véritables martyrs de la cause ouvrière. 

 

Le 1er mai en France : 

  •  En France, à l’occasion du centenaire de la Révolution Française, le 21 juillet 1889, le Congrès international socialiste prend la décision de faire du 1er mai une journée internationale de revendications sociales, dans les termes suivants : «Il sera organisé une grande manifestation internationale, de manière que dans tous les pays et toutes les villes, le même jour, les travailleurs mettent les pouvoirs publics en demeure de réduire légalement à huit heures la journée de travail et d’appliquer les autres résolutions du congrès de Paris.»
  • Pourtant, en 1890, le 1er mai ne rencontre pas un franc succès, et ne rassemble que très peu de manifestants. Mais l’année suivante, en 1891, dans un petit village du Nord de la France, à Fourmies, un événement identique à celui de Chicago se produit : des heurts entre manifestants, forces de l’ordre et non-manifestants éclatent. Le bilan est lourd et soudain : en une fraction de secondes seulement, neuf morts (dont deux enfants - et huit de moins de 21 ans), une trentaine de blessés, et neuf condamnés à des peines d’emprisonnement. 
  • Depuis, le 1er mai est devenu une tradition ouvrière qui a souvent provoqué de violents affrontements entre policiers, non-grévistes et grévistes. Ces manifestations ont permis notamment la loi sur le repos hebdomadaire en 1906 et la journée de huit heures en 1919. En 1936, la grève du 1er mai salue la victoire du Front populaire, et précède un grand mouvement de grève qui aboutira à la semaine de 40 heures ainsi qu’à l’instauration des congés payés. 
  • Enfin, (héritage du IIIe Reich!) en 1947, le 1er mai devint une fête légale, un jour chômé et payé. Il est aujourd’hui célébré dans la plupart des pays industriels, excepté aux États-Unis où la fête du travail est célébrée le premier lundi de septembre (le Labor Day), paradoxalement à ses origines.

Qu’en est-il de la fête du travail aujourd’hui ? 

Si aujourd’hui le 1er mai n’a plus la même résonance populaire qu’elle a eu dans le passé, elle reste néanmoins une occasion de s’exprimer et de revendiquer les opinions et les protestations des travailleurs, et de rendre hommage aux travailleurs qui ont permis nos conditions de travail actuelles. 

Etonnamment, c’est aussi le moment d’offrir du muguet ! Initialement triangle rouge porté à la boutonnière par les manifestants du 1er mai, le muguet est synonyme de porte-bonheur, et de l’arrivée du printemps, et les militants du PCF vendent traditionnellement des brins de muguet aux badauds.

❤️ Enfin, le muguet est aussi synonyme d’amour ! Mis à l’honneur par le roi Charles IX, qui s’était vu remettre un brin de muguet un 1er mai, le muguet s’offrait aux dames, chaque 1er mai. S’il est difficile d’offrir du muguet en ces temps de crise, que ce soit en porte-bonheur, par devoir de mémoire, ou même pour conter fleurette, n’oubliez-pas de soutenir nos fleuristes français si cela vous est possible ! 

 

Source : lefigaro.fr ; histoire-pour-tous.fr

Catégories: Société

Quentin Martel

écrit par Quentin Martel