La réforme de l'assurance chômage

[fa icon="calendar"] publié le 31 juil. 2020 17:30:00, écrit par Quentin Martel

La nouvelle réforme de l’assurance chômage, en place depuis novembre 2019, a suscité dès son intégration de vives critiques de la part des différents syndicats, que l’on peut résumer en deux points : l’accès au régime est plus restreint qu’auparavant et le montant des allocations va baisser pour nombre de demandeurs d'emploi.

La réforme se compose de deux volets distincts : 

-> Le premier volet : 

  • une mesure concernant l’ouverture des droits au chômage 
  • une mesure de dégressivité des allocations chômage pour les hauts revenus
  • une mesure pour pénaliser financièrement les entreprises ayant régulièrement recours aux contrats courts et, au contraire, pour récompenser celles ayant recours aux contrats plus longs (système de bonus-malus).

-> Le second volet :

  • Correction du mode de calcul de l’indemnisation chômage (aujourd’hui calculée à partir du salaire journalier de référence, elle serait désormais calculée à partir du revenu mensuel moyen). De fait, le nouveau calcul prendra en compte les périodes d’inactivité, ce qui fera notamment baisser le montant des allocations chômages versées aux “permittents”, c’est-à-dire ceux qui alternent contrats courts/périodes d'inactivité. 

Quid de sa mise en place ? Notre nouveau Premier ministre, Jean Castex, vient de déclarer : "C'est une bonne réforme et nous la mènerons à terme, mais nous avons décidé de décaler sa date d'entrée en vigueur".

 

🚫 Suspension des mesures

 

Ainsi, les différentes mesures du premier volet mises en places depuis le 1er novembre 2019, sont suspendues jusqu’au 1er janvier 2021, par décision de Matignon suite à la conférence du dialogue social de ce vendredi 17 juillet.

 

Toutefois, cette suspension ne concerne pas l’intégralité des mesures de la réforme. Certaines, favorables aux demandeurs d’emploi, devraient être maintenues : c’est le cas de la nouvelle allocation pour les indépendants, ou encore de l’indemnisation pour les salariés qui souhaitent démissionner en vue d’un projet professionnel défini.

 

Vendredi 17 juillet, suite à la conférence du dialogue social de Matignon, le nouveau Premier Ministre, Jean Castex, a annoncé un nouveau report du second volet de cette réforme. A l’origine prévu pour le 1er avril, puis le 1er septembre et maintenant 1er janvier 2021, c’est donc la troisième fois que ce second volet est repoussé...


En attendant ces nouvelles échéances en 2021, "le Premier ministre a demandé aux partenaires sociaux de se rencontrer pour voir si on peut modifier tout ou partie des caractéristiques de ces mesures, comme pour le calcul du salaire journalier de référence par exemple", a signalé le cabinet de la ministre du Travail.

 

Avec la hausse du nombre de demandeurs d’emploi suite à la crise économique liée à la pandémie, ce report témoigne soit d’une frilosité quant à l’accueil que réservent les Français à cette réforme, soit d’une volonté de réflexion supplémentaire sur son application. Reste à savoir comment cette refonte s’intégrera dans le nouveau paysage économique français.

Source : lemonde.fr ; capital.fr ; leparisien.fr

Catégories: Société, Economie

Quentin Martel

écrit par Quentin Martel