Face à la crise, les startups ont recours au financement participatif

[fa icon="calendar"] publié le 9 oct. 2020 17:39:26, écrit par Quentin Martel

Capture d’écran 2020-10-09 à 14.45.21

Au cours de ces derniers mois, le financement participatif en France s’est imposé comme un “outil essentiel de la relance des entreprises innovantes”, mises à mal par la pandémie Covid-19.

📈 Un intérêt croissant pour le financement participatif 

Cet été, Kantar (filiale du groupe WPP dédiée au conseil et aux études de marché) a réalisé une étude pour la Banque des Territoires et Financement Participatif France, qui a mis en évidence que les campagnes de financement participatif, qu’elles soient sous la forme de dons, de prêts ou d’investissements, ont permis un accès rapide à une ligne de financement pour les TPE / PME, dont les modèles sont souvent mal compris par les acteurs traditionnels (soit principalement les banques).

S’il fallait relever un point positif de cette crise, ce serait la mise en lumière des financements alternatifs, au bénéfice des emprunteurs comme des prêteurs.

Kantar souligne dans son étude “ [l’] appétit des particuliers pour le risque pendant la crise”. Pour preuve, la hausse des investissements en Bourse et l’engouement pour le financement participatif. 

Le dernier baromètre de France Financement Participatif, publié ce 25/09 pour le premier semestre 2020, met en valeur un bond de 34% des volumes collectés en crowdfunding.

🚀 Un gain de visibilité 

Cette crise a renouvelé l’intérêt des investisseurs sur les économies locales et nationales, avec un regain de solidarité française, le tout appuyé par les mesures gouvernementales (notamment avec la garantie BPI sur le PGE) visant à rassurer les investisseurs et modérer l’accroissement du risque. 

Il est vrai que ce type de placement, plus dynamique et rémunérateur que les traditionnels investissements chers aux Français (Livret A et assurances-vie pour ne citer qu’eux), ont réellement gagné en visibilité et en réputation.

A terme, le financement participatif ambitionne de devenir non seulement un outil de relance pour les TPE / PME, mais également un outil à part entière dans leur stratégie de financement.

Par ailleurs, la mise en place du PGE aura favorisé la concurrence des plateformes face aux banques, la découverte de leur solution de financement aux petites entreprises non accompagnées par le secteur bancaire, l’action plus concrète que jamais des prêteurs sur l’économie française. 

Alors que les TPE / PME nationales ont plus que jamais besoin de soutien pour prospérer, le financement participatif est devenu un recours de choix pour ces entreprises. 

 

Qu’en est-il pour vous, chers Prêteurs ? La crise vous apparaît-elle comme un moteur pour repenser vos investissements, ou vous a t-elle plutôt incité à sécuriser votre épargne ?

Source : lemonde.fr ; lepoint.fr ; maddyness.com

Catégories: Entreprise, Société

Quentin Martel

écrit par Quentin Martel