Diversifier ses placements

[fa icon="calendar"] publié le 28 août 2020 17:30:00, écrit par Quentin Martel

La diversification de vos placements est essentielle. Elle vous permet d'améliorer vos performances, tout en réduisant vos risques de pertes. Pour reprendre une formule populaire, et ainsi imager le maintien du pouvoir d’achat de votre épargne, il est important de “ne pas mettre tous vos oeufs dans le même panier” ! 🐣

Si le Livret A est historiquement le support d’épargne le plus apprécié des Français (55 millions d’entre eux en possède un, ce qui représente une collecte de 550 millions d’Euros chaque année depuis 10 ans!), son taux d’intérêt annuel n’a cessé de chuter, jusqu’à passer en février 2020 de 0,75% à 0,50% seulement. Ce placement, certes sûr, n’est plus que très faiblement rémunérateur. Plus encore, son taux étant plus bas que l’inflation, son intérêt en est devenu discutable…

Entre rentabilité et risque, faut-il vraiment choisir ? En variant le type et le risque de vos placements financiers, vous pourrez améliorer votre rendement.

🔍 Voyons plus en détail comment diversifier vos placements :  

 

🏦 Etablir des objectifs et une stratégie d'épargne

Le premier pas consiste à définir l’objectif recherché par l’épargnant. 

Il vous faut d’abord définir le montant que vous êtes disposés à épargner, la régularité de l’effort d’épargne, le terme de l’investissement, et le niveau de risque accepté.

On distingue : 

  • l’épargne de précaution, dite aussi épargne courante : elle doit permettre à l’épargnant de faire face aux soucis de la vie courante (réparation de voiture, accident domestique…) comme aux aléas personnels tels que la perte d’emploi. Il est donc essentiel que cette épargne soit disponible à tout moment ! Pour ce type d’épargne un placement comme le livret A ou équivalent apparaît comme le plus sûr.  Son rôle est plutôt ici de vous permettre de constituer un capital à disposition en cas de coup dur plutôt que de le faire fructifier. 
    A noter que le LEP (Livret d’Epargne Populaire) est une alternative plus intéressante que le Livret A, mais n’est pas ouvert à tous (40% de Français y seraient éligibles) et relativement peu usité.
  • la constitution d’un capital à moyen ou long terme : les objectifs sont les dépenses lourdes du long-terme, type achat de résidence principale ou secondaire, études des enfants. Les produits préconisés pour ce type d’épargne seront le Plan Épargne Logement (PEL), l'épargne salariale (PEE) ou encore le Plan Epargne Action (PEA)... Ils sont peu risqués, et en contrepartie peu rémunérateurs.
  • les investissements à (court, moyen et) long terme(s) : porteurs d’un risque plus élevé, ils sont en contrepartie bien plus rémunérateurs. 
    On distingue :
    •  les actions boursières : c’est un titre de propriété d’une fraction du capital d’une société cotée en Bourse. Le cours de l’action varie à la hausse ou à la baisse, au sein de chaque séance de cotation dans l’année.
    • les investissements SCPI : ils permettent d’acheter et de gérer un patrimoine immobilier locatif via un placement collectif. Investir dans une SCPI comporte un risque, puisque ni le rendement, ni le capital ne sont garantis.
    • et bien entendu le financement participatif, qui vous permet d’investir votre épargne en participant à l’économie réelle

 

💡 Les intérêts composés, une solution plus qu’intéressante

Les intérêts composés correspondent aux intérêts d’un placement (que ce soit assurance vie, livrets bancaires, épargne retraite, bénéfices de financement participatif…) calculés en intégrant les intérêts accumulés au cours des années précédentes. 

📈 Pour les plus matheux d’entre vous, en voilà la formule : 

  • C0 x (1+i)^n = Cn 
  • C0 : montant du capital initial
  • (1+i) : fait écho à une année plus les intérêts prévus en fonction de la rémunération
  • Puissance n (^n) : le nombre d’année que dure le placement.

 

Exemple : prenons 10.000 euros placés à un rendement de 10% par an. A la fin de la première année, vous aurez gagné 1.000 euros d’intérêts. Sur 10 ans, ces placements avec intérêts composés vous généreront environ 6.000 euros de plus qu’un placement sans intérêts composés. 

Cet effet “boule de neige” est particulièrement puissant. Il permet de créer de la richesse sur du bénéfice engendré. Plus votre épargne sera diversifiée, plus vous baisserez votre risque, et plus vous pourrez réinjecter de bénéfices dans vos placements. 

Que vous placiez votre argent sur de l’épargne de précaution, sur des investissements à court, moyen ou long terme, le principe reste le même : utiliser votre épargne pour la faire fructifier ! Et si vous hésitez encore sur vos placements, pourquoi ne pas soutenir l’économie réelle, via Credit.fr ?

« La force la plus puissante dans l’univers est les intérêts composés » Albert Einstein

 

Source : lemonde.fr ; avenuedesinvestisseurs.fr ; forbes.fr

Catégories: Epargne et placements, Société, Economie

Quentin Martel

écrit par Quentin Martel