Bonne nouvelle : le PGE, une facture moins lourde que prévue

[fa icon="calendar"] publié le 18 juin 2021 17:08:08, écrit par Quentin Martel

Capture d’écran 2021-06-18 à 09.22.19

Le système de prêts garantis par l’Etat, mis en place pour pallier un contexte incertain, aura libéré pas moins de 140 milliards d’euros à destination des entreprises françaises ! Derrière l’aspect rassurant de la trésorerie reconstituée, certains redoutent que cette solution ne soit en réalité “une bombe à retardement”...

Face à cette question, l’Institut des politiques publiques (IPP) se veut rassurant et relativise les risques du PGE : d’autres subventions que le PGE ont été accordées, et nombre d’accords de PGE ont été accordés par précaution, sans avoir même été dépensés. Cette mesure “semble avoir protégé ses bénéficiaires de faillites qui, autrement, auraient été inéluctables", assurent les auteurs de l’IPP. 

Il est vrai que le dispositif PGE a pris une telle ampleur, - plus de 680 000 bénéficiaires, un montant engagé important et un contexte sanitaire difficile - qu’on aurait pu craindre que la charge de la dette soit insoutenable pour nombre d’entreprises. Pour autant, s’il est indéniable que le PGE a augmenté le taux d’endettement, il leur a concrètement permis d’honorer leurs échéances, et de poursuivre l’activité, en complément des différents dispositifs étatiques (notamment le chômage partiel). 

A la mi-mai, Rexecode et Bpifrance ont réalisé un baromètre portant sur les TPE/PME françaises : il révèle que moins de 1% des dirigeants estiment leurs difficultés de trésorerie insurmontables. 

 

Qui a fait appel au PGE ? 

Par taille : 

N.B : La hauteur des barres bleues indique la part des entreprises au régime normal de l’IS ayant obtenu un PGE par catégorie de taille d'entreprise. La hauteur des barres rouges indique parmi celles-ci la part de celles ayant emprunté jusqu’au plafond imposé pour les PGE.

Source : IPP

 

Par secteur : 

N.B : La hauteur des barres bleues indique la part des entreprises au régime normal de l’IS ayant obtenu un PGE. La hauteur des barres rouges indique parmi celles-ci la part de celles ayant emprunté jusqu’au plafond imposé pour les PGE.

Source : IPP



Entre les subventions, le télétravail et le chômage partiel, le PGE devrait amortir le risque encouru par rapport aux prévisions initiales. 

Les premiers PGE octroyés l’année dernière arrivant au terme de leur première année, il appartient aux entreprises de se prononcer sur la suite voulue pour leur remboursement. De notre côté, nos entreprises sont régulièrement contactées pour anticiper ce choix !


Sources : lemonde.fr ; ladepeche.fr ; bpifrance.fr 

Catégories: Economie, Industrie

Quentin Martel

écrit par Quentin Martel