Legaltech :  la révolution numérique du droit !

[fa icon="calendar"] publié le 3 mai 2019 17:49:25, écrit par Hugo Ben Mouhoub

Dans la famille tech, je demande la justice ! Comme nombre de secteurs en 2019, c'est aujourd'hui le droit qui est bouleversé par des start-up bien décidées à mettre la technologie au coeur du milieu légal. 👨‍⚖️Un développement exponentiel et une révolution du droit : pour en savoir plus sur les Legaltech c'est ici ! ⬇

La finance a ses  "fintech", l'assurance a ses "insurtech", le droit français a maintenant les Legaltech, ces start-up en pleine démocratisation depuis la Loi d'Axelle Lemaire du 7 octobre 2016 rendant public les DATAS de la plupart des décisions de justice. 🔍

📱 1. Des services variés, le tout en quelques clics  

La Legaltech a un objectif clair : simplifier les démarches juridiques, les rendre beaucoup plus rapides et accessibles. Plus fort encore, les services de ces jeunes entreprises en plein essor s'adaptent à TOUT type de démarche concernant le droit. 

Créer son entreprise ; Déposer une marque ; Recouvrer des impayés ; Trouver un avocat ; Une lettre de licenciement ; Un litige ; Un testament à réaliser ; etc...  

Tout cela est possible rapidement en passant uniquement par un site internet ou une application comme Legalstart, Doctrine ou encore Call A Lawyer pour ne citer qu'eux. En quelques clics, et quelques minutes. ⌛

Acteur par domainezer

La rédaction d'actes et de documents, l'information juridique et la mise en relation avec des professionnels du droit (notaires/avocats) sont les principaux piliers de l’activité de la Legaltech française. 👩‍🎓

📈 2. Un secteur en plein développement, mais contrôlé 

24,6 millions d'euros, c'est le montant des levées de fonds des Legaltech françaises en 2018, soit le double de l'année précédente. Doctrine, moteur de recherche juridique, représente 40% de cette somme. Le marché se partage entre 300 start-up, elles sont principalement basées en Île de France (67%).  

Acteur par domainezer

Encore loin des Fintech et leurs quelques 162 millions d'euros levés l'année dernière, les chiffres sont très positifs en ce qui concerne le développement des Legaltech. Cependant, un frein existe et il est juridique ! 

Un tiers des Legaltech se disent freinées dans leur activité par le droit français, en effet le conseil est réservé aux avocat, il en va de même pour certains actes et autres documents en rapport avec le notariat. De plus, l"ubérisation" du secteur n'est pas vu d'un bon oeil par certains professionnels du métier, qui craignent pour leur activité.

Doctrine a même été poursuivi en justice par le Conseil national des barreaux. Au final, la Cour d'Appel de Paris a jugé que l'entreprise "n'effectue pas d'activité de représentation en justice réservée aux avocats" mais cette affaire reste symptomatique d'une fracture entre les acteurs du droit traditionnel et ces nouvelles start-up prêtes à révolutionner le droit... ⚡

👨‍⚖️ 3. uNE Révolution du droit ? 

" Derrière la polémique, il y a un vrai sujet politique : un accès plus simple et moins coûteux aux millions de décisions de justice " - précise Mathieu Davy, avocat et créateur de Call a Lawyer (application mettant en relation un particulier ou une entreprise avec un avocat).

L'inquiétude des notaires et de certains avocats est justifiée car l'arrivé des Legaltech révolutionne les procédures juridiques. Augmentant l'offre, réduisant les délais et le prix des prestations ! 

Le droit est en train de vivre le même tournant que la finance lors de l'arrivé des Fintech. A la manière des Fintech et des acteurs financiers, les Legaltech et les professionnels du droit devront trouver un point d'équilibre pour être dans une relation d'offre complémentaire et moins concurrentielle, "vivre ensemble" afin de s'adapter à cette révolution numérique... 👨‍💻


Toutefois, la vague du numérique a déjà submergé le financement participatif, et dès aujourd'hui vous pouvez essayer le crowdlending en ligne sans aucun frais avec Credit.fr. Pour financer l'économie réelle avec votre épargne, c'est juste ici : 

Investir mon epargne


Sources : 
- La tribune, article paru le 26 Avril 2019 : https://www.latribune.fr/technos-medias/innovation-et-start-up/les-legaltech-a-l-assaut-de-la-forteresse-justice-815915.html

- Village justice - statistiques dynamiques : https://www.village-justice.com/articles/Les-start-up-droit,18224.html

Catégories: Fiscalité, Entreprise, Banque

Hugo Ben Mouhoub

écrit par Hugo Ben Mouhoub

Assistant Webmarketing