Fintech : où sont les femmes ?

Publié par Arva Fajele Abasse le 19 avr. 2019 14:36:21

L'univers de la Fintech française est-il trop masculin ? C'est ce que démontrent les statistiques et les principaux acteurs de l'écosystème. "Le constat est sans appel : nous sommes mauvais sur le plan de la mixité" a même déclaré Alain Clot, le président de l'association France FinTech.

Cette industrie en pleine expansion évolue à vitesse grand V sur tous les points ou presque... 

Des chiffres préoccupants 🔢

L'industrie Fintech, pourtant parfait croisement entre la finance et la technologie, présente une féminisation inférieure à ces deux secteurs... Un paradoxe pour un milieu qui représente si bien la notion de progrès.

P5_image_caption_w1280

 

 trois causes principales 🔎

Les causes les plus structurantes de ce déficit de représentation féminine relèvent principalement de trois sources :

1️⃣ Dès l'éducation : 

En effet, le vivier prioritaire de recrutement des Fintech est basé sur les filières scientifiques et technologiques. Ces orientations sont particulièrement masculines en France (mais aussi en Europe) où l'on y retrouve seulement 28% de femmes. A noter que cet écart s'accentue au fur et à mesure des études post-bac. 

2️⃣ Un environnement masculin :

À commencer par les conventions collectives, si elles sont avantageuses dans le milieu bancaire avec une protection élevée des salariées (notamment en terme de congé maternité) elle le sont moins dans la majorité des Fintech.

Les principaux acteurs de la Fintech sont principalement des hommes issus de l'industrie bancaire et assurantielle. Il structurent l'écosystème en fonction de leurs critères, en recrutant d'ancien collaborateurs par exemple. Une politique qui nuit à l'ouverture du secteur et aux potentielles carrières des femmes dans la Fintech. 

La fameuse "culture geek des startups" à prédominance masculine est aussi un facteur à prendre en compte, une préférence pour certaines femmes mais un frein pour beaucoup d'autres ?

En France, les dix fonds de VC (=capital risque) les plus investis dans des levées de fonds Fintech comptent 78 associés au total, parmi lesquels on ne retrouve que 5 femmes. Soit seulement 6%.  
 
 3️⃣ Entreprendre et être financée

L'entrepreneuriat offre aussi une aventure difficile aux femmes, en effet l'accès aux sources de financement reste inégalitaire et constitue un autre obstacle. Par exemple en 2017 les femmes ont levé 142,5 millions d'euros pour des créations d'entreprises dans la Fintech, soit uniquement 7% du total des fonds alloués à ce type de projets. À noter que sur le 1er tour de financement, le ticket moyen est moitié moins élevé pour les femmes (3,5M€ contre 6,9M€ pour les hommes).

Les 9 plus gros fonds d'investissements français n'ont levé que 2,6% des fonds dans des entreprises co-fondées par des femmes, BpiFrance confirme également que la structuration du capital diffère selon le genre ! De plus, les femmes sont deux fois plus soumises à la perte de pouvoir actionnarial que leurs homologues masculins. 

D'autres freins comme la peur d'entreprendre dans un milieu où le pouvoir est masculin, mais aussi le manque d'expérience sur des postes à haute responsabilité (faute d'opportunité) peuvent ralentir l'entrepreneuriat féminin dans le monde de la Fintech Française...

Féminiser le secteur des Fintech :
Des pISTEs DE Réformes  ?  👩 

Des réformes opérationnelles et structurelles pour féminiser le secteur 
Éducation et formation 🏫 Financement  💰 Professionnel 👩‍💼 
  • Mentorat des collégiennes et lycéennes par des femmes ingénieures.

  • Formation professionnelle ciblées pour les femmes. 

  • Évolution de carrière ou reconversion des femmes au profit des Fintech. 

  • Équipes pédagogiques formées aux nouveaux débouché.

  • Objectifs chiffrés de mixité au sein des équipes. 

  • Fonds dédiés pour les sociétés de femmes entrepreneures. 

  • Transparence des critères d'investissement.

  • Orientation des étudiantes vers les formations aux métiers de l'investissement.

  • Politique de rémunération transparente et neutre.

  • Temps de travail aménagé pour l'ensemble des personnels.

  • Politique de congé parental réparti.

  • Fonctions à responsabilités pour les femmes.

  • Développement de services (ex : crèches).

(propositions tirées de l'étude "mixité : où sont les femmes" PUBLIÉE par Arkea , France FinTech  et Roland Berger) 

Malgré tout, si la répartition hommes/femmes dans la Fintech est inégale il est bon de souligner que chaque année les chiffres évoluent positivement. Le sujet a même été l'unes des tables rondes du salon Fintech Revolution 2019 qui a donné les pleins pouvoirs à la gente féminine, là où les femmes n'étaient que 4% à animer des conférences plénières il y'a 4 ans.

Comme dans la majorité des secteurs, la mixité est un combat de longue haleine mais la Fintech française commence à se rendre compte de ce déséquilibre et peut compter sur ses acteurs féminins à l'influence croissante pour inciter au progrès, un point encourageant pour l'avenir dans une industrie en perpétuelle évolution qui sait comment innover ! 💁‍♀️

 Investir mon epargne


Sources pour aller plus loin : 

Catégories : Fintech, Innovation

Le financement participatif pour le prêt aux PME

Tout ce qu'il faut savoir sur l'Epargne, le Financement de Projets et le Crowdlending !

Abonnez-vous

Billets récents